Imprimer

Accessibilité à haute dose en gare des Vallées !

Inaugurée ce jeudi 17 mai après plus d’un an de travaux de mise en accessibilité, la gare de La Garenne-Colombes (92) a été le théâtre, le même jour, de la signature d’un nouvel accord de financement des futurs chantiers.

C’est en empruntant le Francilien, ligne L, que Valérie Pécresse, Présidente du conseil régional d’Île-de-France, a posé le pied en gare des Vallées (ligne L, axe Paris Saint-Lazare <> Cergy-le-Haut) pour inaugurer sa récente mise en accessibilité. Elle a été accueillie par les trois maires (LR) des communes limitrophes de la gare : Colombes, Bois-Colombes et La Garenne-Colombes.

Tous les élus, issus de la même famille politique, ont aussitôt entamé un tour complet des nouveaux aménagements, sur les trois quais, avant de couper le ruban symbolique. Passage élargi au contrôle automatique de banlieue, balises sonores, doubles rampes, contrastes des sols, accès sans dénivelé, quais rehaussés au niveau de la plateforme du Francilien, ascenseur pour passer d’un quai à l’autre… En tant que Directeur du programme de mise en accessibilité des gares d’Île-de-France SNCF, Jean-Damien Poncet a décrit par le menu et au micro, les « nouveautés » à la cinquantaine d’invités présents. Autour, les agents SNCF en tenue qui veillent quotidiennement sur les 6 600 voyageurs quotidiens de la gare apprécient « des équipement qui vont faciliter la mobilité de tous ».

Jean Damien Poncet poursuit : « Ces travaux représentent un investissement de 13 millions d’euros, couvert en majorité par Île-de-France Mobilités (ex-STIF l’Autorité Organisatrice des transports en Île-de-France) mais également avec l’aide financière précieuse des trois collectivités locales que la gare dessert ». Au-delà de la remise aux normes, le traitement de l’accessibilité de la gare a aussi pris en compte « les liaisons piétonnes urbaines » et donc la rénovation de la passerelle couverte qui relie les trois communes.

Interrogé sur l’absence de toilettes accessibles aux personnes à mobilité réduite, le dirigeant SNCF a confirmé qu’ « elles sont prévues et seront installées entre le nouvel abri quai et le parking sécurisé Véligo ». Enfin, Valérie Pécresse s’est attardée dans le nouvel espace de micro-working, également accessible à tous et bénéficiant du Wi-Fi et d’une signalétique adaptée.

Le circuit s’est achevé sous un chapiteau dressé au pied de la gare où se sont tenus les discours engagés des différents acteurs autour de l’accessibilité et de la mobilité des seniors et PMR. L’action de longue date menée par Patrick Toulmet, ambassadeur accessibilité SNCF a été saluée par Valérie Pécresse. Tandis que Bruno Le Maire, Secrétaire général de l’association des parents de personnes handicapées mentales (UNAPEI) a tenu à remercier les équipes SNCF pour les progrès réalisés dans le cadre du schéma d’accessibilité d’Île-de-France.

Deuxième volet de la matinée : la signature de la 2e convention pour le financement du programme de mise en accessibilité des gares franciliennes, pour la période 2017-2021. Patrick Ropert, Directeur général de SNCF Gares & Connexions, et Claude Solard, Directeur général délégué à l’innovation et performance industrielle SNCF Réseau ont rejoint Valérie Pécresse sur l’estrade pour parapher le contrat.

« La Région investit 930 millions d’euros supplémentaires pour permettre de réaliser les futurs chantiers de mise en conformité », insiste Valérie Pécresse. « Des travaux essentiels pour les 12% de franciliens qui sont en situation de handicap et qui ont besoin des transports publics ».

Satisfaite du travail réalisé, Valérie Pécresse ne s’est pas privée de mettre à l’index certains détracteurs, amateurs de réseaux sociaux, en concluant sur une note positive : « Je sais que la tendance est au SNCF-bashing. Cependant en matière d’accessibilité, et contrairement à ce qui se dit ici ou là, les transports publics en Île-de-France sont plus accessibles que ceux de New York et de Londres. Et nous serons à l’objectif pour les JO de 2024. »

21 mai 2018