Imprimer

Autonomic 2018 : SNCF en prise directe avec ses clients !

Prés de 1000 visiteurs sont venues à la rencontre des experts de l’accessibilité SNCF en 3 jours de salon.

« Je circule en fauteuil et souhaite me rendre à Cannes en train, comment faire ? », « Je suis déficient visuel, quelles solutions existent pour m’accompagner dans mon parcours en RER jusqu’à mon travail ? », « Ma Renault Kangoo adaptée est-elle acceptée par le service Auto-Train ? », … Les questions étaient nombreuses, les échanges enrichissants et les témoignages toujours touchants sur le stand SNCF.

Mardi matin, 9h30, la documentation est en place et les vidéos tournent sur les écrans. Les premiers visiteurs arrivent. « Merci pour le service Accès Plus car je suis toujours bien assistée en gare », lance Pauline, « Vous devriez ajouter des explications en Facile à Lire et à Comprendre sur vos sites », ajoute Romain. Par leurs remarques, leurs réclamations, leur intérêt ou leurs félicitations, chacun d’eux met un nom et des mots sur leurs difficultés de mobilité. La journée avance et les rencontres s’enchaînent. Quand l’annonce de la fermeture des portes du salon retentit, les discussions ne s’arrêtent pas pour autant sur le stand SNCF. Ce qui en ressort le plus souvent est ce besoin de lien, d’humain, y compris dans les déplacements.

Le lendemain, les institutionnels s’invitent dans les allées. Elisabeth Borne, ministre chargée des Transports, Sophie Cluzel, Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée des Personnes handicapées et Brigitte Thorin, Déléguée Ministérielle à l’Accessibilité, accompagnées de Farida Adlani, Vice-Présidente de la Région Île-de-France chargée de l’Action sociale et Pierre Deniziot, Conseiller régional d’Île-de-France délégué au handicap, arrivent en milieu de matinée sur le stand SNCF pour tester le passage élargi contrôlé et échanger avec nos startups invitées. Carole Guéchi, directrice de l’accessibilité, anime la visite et répond aux questions des ministres. Elisabeth Borne apprécie Waldo, le robot humanoïde qui pourrait assister demain les personnes à mobilité réduite en gare, ce qui fait réagir Sophie Cluzel  : « On ne se passera jamais complètement de présence humaine dans les lieux accueillant du public. » Ils reprennent leur route et, pas le temps de souffler, le bain de foule reprend jusqu’au soir.

Le dernier jour du salon est celui des visites des représentants des associations des personnes en situation de handicap. Membres du Conseil consultatif pour l’Accessibilité, comme la CFPSAA, l’APF France Handicap, l’AFM-Téléthon et l’Unapei, partenaires de longue date comme l’AVH ou plus récents comme les associations de chiens d’assistance Handi’chiens et Chiens-guides d’aveugles IDF, tous viennent saluer les avancées réalisées par la maison SNCF dont « la présence au Salon Autonomic confirme l’engagement », reconnaît Thierry Jammes, Président de la commission accessibilité de la CFPSAA.

Au bout de 3 jours, le bilan pour SNCF est très satisfaisant. « Nous avons distribué près de 1 000 sacs avec les infos pour bien voyager en train », se félicite Carole Guéchi. « Une trentaine d’agents se sont relayés pour répondre aux nombreuses sollicitations des visiteurs. » Marion, enfin assise après la clôture du salon, n’en est pas moins enthousiaste : « J’ai appris des expériences de voyage qui m’ont été rapportées. Chaque cas est unique et toujours instructif pour nous qui cherchons en permanence à améliorer le service que nous proposons à nos voyageurs les plus sensibles. »

2 juillet 2018