Imprimer

Sommaire

Chronique d’Anaïs

La langue des signes est un des piliers de l’identité de la culture sourde et une langue à part entière.

La langue des signes ça vous parle ?

Contrairement à une croyance assez répandue, la langue des signes n’est pas universelle. Une langue étant toujours associée à une culture, chaque pays a développé sa propre langue des signes. Mais il est vrai que les personnes sourdes maîtrisant la langue des signes qui arrivent dans un pays étranger sont capables de communiquer avec leurs homologues au bout de quelques jours, ce qui est loin d’être le cas pour les personnes qui entendent ou qui, du moins, ne maîtrisent pas la langue des signes.

Je vous propose dans cette 2e lettre de l’accessibilité une initiation à la Langue des Signes Française (LSF) avec son alphabet (la dactylologie), un aperçu sur la formation des signes, les grandes règles de grammaire et de syntaxe.

La dactylologie

Chaque lettre de la langue française se traduit par un signe. Attention cependant pour s’exprimer en LSF il ne suffit pas d’épeler un mot. En effet, à l’exception des noms et prénoms, la plupart des mots ont un signe propre qu’il faudra apprendre par coeur. D’où la difficulté de l’apprentissage de la langue des signes qui nécessite de mémoriser des milliers de signes différents !

Lire l’article consacré à la dactylologie sur Wikipedia.

La Formation des signes

Pour former un mot, la langue des signes utilise cinq éléments qui se combinent.

La configuration (la forme de la main)

Les configurations des mains peuvent apparaître :

  • sur une main qui bouge
  • sur deux mains actives et symétriques
  • sur les deux mains, dont une (la main dominante) agit sur l’autre qui ne bouge pas.

L’orientation de la main

Les mains peuvent être orientées paumes vers le bas, le haut, l’une vers l’autre, etc. Les bras peuvent être horizontaux, verticaux, obliques, etc.

L’emplacement de la main

L’endroit où les signes se font, soit une quinzaine d’endroit sur le corps et trois principaux dans l’espace. Par exemple, le signe peut se placer sur la bouche, les yeux, le bras, l’estomac, la paume, etc.

Le mouvement de(s) main(s)

Ils peuvent être simples (une main qui descend) ou complexes (deux mains qui se rapprochent avec les doigts qui vibrent). Les mouvements de tête peuvent aussi entrer en jeu. Différents éléments peuvent intervenir pendant un mouvement dont le trajet, la direction et la vitesse.

L’expression du visage

Donner un sens à un signe isolé est fondamental dans la construction d’une phrase.

Grammaire & Syntaxe

La LSF étant une langue à part entière, elle possède sa propre syntaxe et grammaire. Les phrases se construisent donc selon un ordre précis : on place tout d’abord le lieu, ensuite l’objet, le personnage et enfin l’action. Les éléments temporels peuvent être placés en plusieurs endroits : en début ou en fin de phrase ou encore entre le lieu et l’objet mais jamais entre le personnage et l’action.

La notion de conjugaison s’exprime par la position du corps, en particulier celle de l’épaule de la main maîtresse qui situe l’action sur la ligne du temps.

Émission évoquant la langue des signes

L’Œil et la Main est la seule émission du paysage audiovisuel français présentée en langue des signes qui s’adresse aux personnes sourdes comme aux personnes qui entendent, elle est diffusée chaque lundi à 8 H 30 et le samedi à 22 h 30 sur France 5.

Chaque émission est consacrée à un thème, illustré par un film documentaire ou un reportage : portrait, événement, états des lieux, découverte d’un endroit etc... L’objectif étant de mettre en images le point de vue des personnes sourdes et malentendantes et ce faisant, de jeter un regard différent sur le monde, d’envisager celui-ci avec des questions neuves, en partant des interrogations originales des personnes sourdes.