Imprimer

Sommaire

L’accessibilité de la signalétique en gare

Dans le cadre de la mise en accessibilité des gares, SNCF a développé, en collaboration avec les associations nationales représentant les personnes handicapées ou à mobilité réduite, des équipements et aménagements facilitant le voyage en train. Mais pour qu’une gare soit facile d’accès pour tous, une signalétique lisible et accessible est tout aussi essentielle. C’est pourquoi l’entreprise travaille activement, notamment par le biais d’études scientifiques et d’études clients, à l’optimisation d’une signalétique harmonisée qui facilite l’accès à l’information dans les gares.

La signalétique regroupe l’ensemble des supports donnant le signalement, la localisation des fonctionnalités et des équipements en gare. C’est un élément majeur qui suit les évolutions des gares.

L’objectif de mise en accessibilité de celles-ci a par ailleurs conduit l’entreprise SNCF à remettre en question sa conception de la signalétique. Elle n’indiquait auparavant que l’accès aux trains ainsi que quelques services mais doit aujourd’hui s’adapter au pôle d’échanges multimodal qu’est devenue la gare ainsi qu’à ses nombreux services.

police achemine

La police « Achemine », propriété de SNCF

Soucieuse d’offrir une accessibilité optimale des gares aux clients handicapés ou à mobilité réduite, la branche Gares & Connexions du groupe SNCF et la Délégation à l’Accessibilité et aux Voyageurs Handicapés ont travaillé dès 2006, en partenariat avec les personnes malvoyantes, à l’élaboration de la police « Achemine ».
Cette police comporte des caractères plus lisibles et adaptés grâce à des formes ouvertes choisies pour les lettres :

  • Les pleins et vides sont respectés et les caractéristiques des lettres et chiffres accentuées.
  • La silhouette des mots a par ailleurs été étudiée afin de faciliter la reconnaissance visuelle, tout comme l’espace entre les lettres et l’interlignage.
  • La partie haute des lettres et la singularité de chaque caractère sont accentuées.
  • Enfin la cohabitation entre les lettres et les symboles est aussi prévue.

La police « Achemine » a été spécifiquement étudiée pour rester dans l’esprit de l’ancienne police utilisée dans les gares tout en optimisant sa lisibilité. Elle reste ainsi cohérente visuellement et permet la cohabitation avec d’anciens panneaux en attendant leur remplacement.

La police « Achemine » est dorénavant utilisée pour tous les éléments de signalétique en fonction des travaux de mise en accessibilité des gares.

Cette typographie qui est devenue une propriété du groupe SNCF illustre l’engagement de l’entreprise en matière d’accessibilité du voyage en train aux clients handicapés ou à mobilité réduite.

Anticiper les besoins des voyageurs

Afin de mieux scander le parcours des voyageurs, la bonne information doit se trouver au bon endroit.
C’est pourquoi il est nécessaire lors de la mise en place de la signalétique de suivre les changements sociaux afin de répondre au mieux au besoin d’information des voyageurs et de le codifier par le biais de pictogrammes. Ceux-ci sont retravaillés, tout comme le vocabulaire, sur la base d’études clients. L’image doit être la plus intemporelle possible et repose souvent sur des codes internationaux. La nouvelle signalétique élaborée est plus contemporaine et vivante tout en conservant l’objectif principal de compréhension et de lisibilité pour tous les clients.

Le dialogue constant avec les associations représentant les personnes handicapées a par ailleurs permis d’établir un certain nombre de principes d’accessibilité.

Les deux principaux objectifs actuellement poursuivis sont l’amélioration de la hiérarchisation permettant de mieux définir l’information et la positionner au bon endroit ainsi que l’amélioration des pictogrammes contribuant à développer l’intermodalité des gares.

SNCF à l’écoute de ses clients

Afin de répondre au mieux au besoin d’accessibilité de l’information des voyageurs, SNCF a mis au point des études et un suivi des clients. Cette mise en contexte réel permet ainsi de renseigner sur les « réussites » et « faillites » des dispositifs d’information proposés en gare.

Elle renseigne aussi sur la logique de lecture de l’information et sur les mécanismes de repérage. Face à un premier constat d’hétérogénéité, il est apparu nécessaire d’harmoniser rapidement la signalétique des gares.

Les études clients conduites ont permis de recueillir les avis sur les signalétiques existantes et d’explorer les terminologies spontanément employées par les voyageurs pour dénommer les espaces. Il en est ressorti que les clients préfèrent une signalétique la plus concrète possible, de préférence sans terme « markété » et sans angliscisme.

La hiérarchisation de l’information

Toujours pour rendre l’information plus fluide, la signalétique est dorénavant hiérarchisée et divisée en familles, les trains, l’intermodalité et les services.
Au niveau d’importance de l’information le plus élevé on trouve l’accès aux trains, les sorties, les billetteries, et les toilettes ainsi que l’intermodalité avec les taxis, les bus, les voitures et l’accès au parking. Ces messages seront le plus souvent possible disposés sur des kakémonos monumentaux convenant aux grands espaces sur une base de trois messages maximum. Les textes sont quant à eux lisibles dès 25 mètres.

Au second niveau on trouve par exemple l’accès aux espaces d’attente, les consignes ainsi que l’intermodalité avec d’autres modes. Ces informations prennent la forme de pictogrammes imprimés sur des panneaux carrés avec 4 lignes d’information et lisibles à partir de 14 mètres.

Enfin l’accès aux boites aux lettres, aux billetteries automatiques, aux plans et tables d’orientation appartiennent au troisième et dernier niveau d’information. La lisibilité de ces informations sous forme de pictogrammes est cette fois-ci rapprochée.

Enfin il faut rappeler que le positionnement des panneaux eux-mêmes est également important. C’est pourquoi SNCF veille à l’homogénéité de leur implantation.

L’accent mis sur les pictogrammes

Le choix d’un remaniement des pictogrammes a été retenu pour permettre une accessibilité optimale à l’information en gare.

Ce développement passe tout d’abord par une analyse approfondie de la lecture de ces pictogrammes. Ceux-ci doivent permettent d’identifier les lieux de manière précise, de visualiser les équipements et fonctionnalités et de mieux comprendre leur usage.

Un véritable travail de remise à plat des pictogrammes actuels a ainsi été mis en place. Les tests de rapidité de lecture et de reconnaissance ont ainsi montré que les pictogrammes pleins et non encadrés sont lisibles plus rapidement et efficacement et que l’utilisation de formes pleines avec une différence significative au niveau de leurs formes est préférable pour offrir une meilleure lisibilité.

panneau de signalétique
Concernant le graphisme, le principe des 70% de contraste est maintenu grâce à un assombrissement de la couleur de fond. Des couleurs sont par ailleurs associées aux différentes familles d’information :

  • Bleu ciel pour les informations relatives au train.
  • Vert amande pour l’intermodalité.
  • Jaune paille pour les services en gare.

Le choix de pictogrammes colorés renforce l’idée de familles d’information. Or les personnes présentant une déficience mentale ont une perception différente des couleurs avec une notion de la nuance mois précise. C’est pourquoi le choix des couleurs a été débattu en collaboration avec les représentants des associations de personnes handicapées lors d’une commission Accessibilité.

Ce choix s’est ainsi porté sur des couleurs pastel pour ne pas contredire les codes utilisés pour les personnes handicapées mentales, tout en respectant les contrastes nécessaires à la lisibilité des personnes malvoyantes et la charte de communication SNCF.

Ce compromis souligne ainsi le constant travail de collaboration entre l’entreprise SNCF et les associations représentant les personnes handicapées partenaires pour améliorer l’accessibilité des gares et du voyage en train de façon plus générale.