Imprimer

Sommaire

Chronique d’Anaïs

Partons avec Anaïs à la découverte de Nantes, une ville qui se distingue de par son accessibilité.

Pour la troisième année consécutive, la ville de Nantes est arrivée en tête du palmarès publié par l’Express et l’Association des Paralysés de France pour sa politique d’accessibilité. Petit aperçu de cette ville engagée en faveur de ses habitants handicapés ou à mobilité réduite.

Le samedi 9 juin se tenait la troisième édition de la biennale « T’Cap loisirs & découvertes, handicaps ou pas » sous les Nefs de l’Ile de Nantes. Initiée par le collectif T’cap qui regroupes plus de 80 structures, cette journée d’information sur les offres accessibles du sport, des loisirs et de la culture de la ville témoignent de l’engagement de Nantes en faveur de l’accessibilité.

Une ville à l’écoute des besoins des personnes handicapées

Les services municipaux de la ville sont depuis plusieurs années à l’écoute des questions concrètes des habitants handicapés au sujet des transports, du logement, de l’école ou de la culture. En 1990 a ainsi été créée une commission extra-municipale, inspirée de la charte « ville et handicap » paraphée avec d’autres grandes villes de France pour l’intégration des citoyens handicapés.

A partir de 2004, la ville a mis en place des plans action handicap sous la dénomination « Nantes s’engage » visant à enraciner les bonnes pratiques et mieux répondre aux attentes des citoyens handicapés et à mobilité réduite. Le plan 2009-2014 comporte ainsi 5 axes prioritaires  : le dialogue citoyen, l’information et l’accompagnement des commerces dans leur mise en accessibilité, le Plan de mise en Accessibilité de la Voirie et des Espaces publics, l’accès au loisir, sans oublier la qualification du service public par la formation à l’accueil des personnes en situation de handicap.

Ainsi, si des progrès sensibles sont réalisés, la municipalité poursuit ses efforts pour faire de Nantes une ville toujours plus solidaire et faciliter la vie quotidienne des personnes handicapées. Nantes compte aujourd’hui une cinquantaine d’associations en lien avec le handicap et subventionne trente d’entre elles à hauteur globale de 80 000 euros. La mission Handicap de la ville de Nantes recueille par ailleurs les besoins des associations de personnes handicapées pour mettre celles-ci en réseau avec les différents partenaires institutionnels.

Une commission extra-municipale pour l’accessibilité

Mais la ville se distingue surtout par son Conseil Nantais des Personnes Handicapées (CNPH), une instance de travail et de concertation qui permet un dialogue citoyen continu entre les personnes handicapées et les partenaires institutionnels. Ce Conseil, ouvert aux citoyens, réunit acteurs associatifs, services et élus. Il s’est substitué en juin 2009 à la Commission extramunicipale des personnes handicapées mise en place en 1990.

La citoyenneté et l’accessibilité sont devenues les mots d’ordre de cette nouvelle instance qui agit pour « changer le regard, vivre ensemble ». Elle a coproduit en grande partie le nouveau plan d’action en faveur des personnes handicapées de la ville qui comporte 38 actions transversales. Onze ateliers se chargent enfin de mettre concrètement en œuvre la politique publique définie, que ce soit pour la culture, la signalisation sonore, les grands projets, l’aménagement urbain, l’emploi, l’accessibilité des commerces etc.

Une mise en accessibilité de tous les domaines de la vie quotidienne

En matière de transport, l’accessibilité s’affiche également clairement à Nantes Métropole, à travers notamment son service spécialisé ProxiTan qui propose des déplacements dans la métropole et son tram accessible.Des expérimentations sont par ailleurs réalisées sur certaines lignes de bus et Nantes travaille à la mise en accessibilité de l’ensemble des quais. Enfin un schéma directeur de l’accessibilité des transports a été mis en place avec des outils de suivi permettant de suivre la mise en accessibilité.

L’atelier « habitat » du CNPH porte aussi une attention particulière à l’accessibilité, en intervenant par exemple lors d’un projet de construction pour demander certains aménagements en apportant son expertise d’usage.

Concernant l’éducation, on compte au moins une école accessible par quartier et les salles de sport et musées s’améliorent constamment en matière d’accessibilité. Le projet de médiathèque Floresca-Guépin intègre par exemple dans son cahier des charges un espace pour les personnes malvoyantes avec des cabines et du matériel adéquats ainsi que des ouvrages en gros caractères.

Grâce à ces divers projets, c’est tout Nantes qui s’implique afin d’intégrer l’ensemble des citoyens à la vie citadine.