Imprimer

Sommaire

Retranscription :
Cœur de métier
Brigitte Rigaud

Retranscription de : Cœur de métier Brigitte Rigaud

Pouvez-vous rappeler le rôle de la DAVH ?

La Délégation à l’Accessibilité est une entité transverse. Elle porte la politique Accessibilité de l’entreprise SNCF. Elle est plus particulièrement chargée des relations avec les associations nationales de personnes handicapées.

Quelles sont vos relations avec les associations de personnes handicapées ?

La SNCF travaille avec les associations de personnes handicapées depuis bien une dizaine d’années. En 2006, on a estimé qu’il était indispensable de pérenniser ces relations et de les institutionnaliser dans le cadre d’un conseil consultatif de personnes handicapées et à mobilité réduite qui regroupe 8 associations ou fédérations nationales de personnes handicapées.

Quels sont les projets à venir ?

Continuer à communiquer sur ce que l’on fait. Répondre à la demande très forte des associations qui nous demandent d’informer le voyageur. On sait qu’on a l’échéance de 2015 et on va se tenir prêt pour répondre de la meilleure façon possible à cette échéance. Et ça sous-entend, au quotidien, toujours d’être vigilant, de rappeler les grands principes et les normes, d’entraîner avec nous nos collègues pour ce travail de mise en accessibilité.

Que vous apporte votre travail sur l’accessibilité ?

J’ai découvert que l’accessibilité pouvait être un élément fédérateur au sein de l’entreprise. L’autre élément positif est la rencontre que j’ai pu faire avec des personnes handicapées, des personnes qui m’expliquaient quels étaient leurs besoins, quelles étaient leurs attentes, quelles étaient aussi leurs grandes envies de voyager avec nous. À titre personnel, ça permet de voir le monde autour de moi différemment, c’est à dire que : oui, les obstacles, je m’en rends compte, je me rends compte qu’on cherche parfois à compliquer la vie des gens alors que les choses pourraient être faites plus simplement.

Avez-vous une anecdote à nous faire partager ?

Descendant de mon train l’autre jour, devant moi, il y avait un père de famille avec son enfant et la petite fille a demandé, parce qu’on a installé dans les gares au niveau des escaliers des rampes à deux niveaux pour répondre à une demande très forte des personnes de petite taille qui nous avaient dit : « pour nous, c’est trop compliqué », et le papa a dit à sa petite fille : « C’est pour que tu te tiennes ». Voilà, ça voulait dire que cet élément là, installé comme un élément important dans l’accessibilité c’était pour la vie de tous les jours et pour la vie d’un enfant, un plus !