Imprimer

Sommaire

De l’espace sous les sièges
pour les chiens guides

Lors des visites de rames TER et TGV par les associations de personnes handicapées en 2007 et 2008, ces dernières avaient souligné l’impossibilité de loger un chien guide d’aveugle ou d’accompagnement sous les sièges. Le groupe SNCF, pour y remédier, a présenté aux associations, au printemps 2009, plusieurs maquettes de siège à bord de son Train Labo de l’accessibilité. Celles-ci ont servi de base à la conception de nouveaux sièges, plus accessibles tout en conservant un très bon niveau de confort.

Cet événement a permis de faire tester ces sièges par les personnes directement concernées et d’identifier ainsi les dimensions idéales d’un siège permettant le logement d’un chien guide. 320 mm de hauteur, 350 mm de profondeur et 900 mm de largeur sont ainsi nécessaires pour permettre à un chien guide d’aveugle ou d’accompagnement de se glisser sous un siège sans pour autant gêner les autres voyageurs.

Afin de s’approcher de ces dimensions, de nombreux efforts ont été fournis : l’encombrement des poutres supportant les assises et la position des équipements de réglage des sièges ont été travaillés, les pieds centraux supprimés, les mousses réduites (sans pour autant pénaliser le confort) et l’ergonomie vérifiée.

Depuis 2010, la demande d’un tel espace est ainsi devenue systématique dans les cahiers des charges des nouveaux sièges à bord des trains. Les marchés TER ont également évolué dans ce sens, comme le montrent les espaces libérés sous les sièges à bord du Régiolis et du Régio2N par rapport à ceux disponibles à bord des TER classiques tels que le TER2N NG.

A bord du TGV, il est plus difficile de libérer un espace aussi important sous les sièges, pour des raisons de confort lorsque la durée du voyage est plus longue, ou lorsqu’il s’agit de TGV rénovés dont les anciens bâtis de siège ont été conservés. En revanche, de réelles avancées ont été réalisées sur les sièges disponibles à bord des nouveaux trains. C’est notamment le cas d’Eurostar qui a pris en compte ces critères dans la conception de ses sièges. Le gain d’espace par rapport aux TGV actuels, de 81 mm en hauteur, est indéniable.

L’espace sous les sièges pour les chiens guides ou d’accompagnement constitue l’un des enjeux de la conception universelle et de l’accessibilité et illustre l’esprit d’intégration au handicap que l’entreprise SNCF désire mettre en avant. C’est pourquoi les futurs marchés de trains ou de sièges continueront de progresser en la matière tout en alliant accessibilité et confort à bord.