Imprimer

Sommaire

Les grandes gares parisiennes

Les gares du réseau desservies par des trains nationaux doivent être rendues accessibles d’ici 2015. Selon le Schéma Directeur National d’Accessibilité de SNCF, présenté et remis au ministère en février 2008, 418 gares rentrent dans ces critères, des travaux d’aménagement doivent par conséquent être réalisés. En 2012, les travaux se sont poursuivis à travers la France. Ce sont 3 grandes gares parisiennes que nous allons vous présenter aujourd’hui : la Gare de Paris Saint-Lazare, la Gare de Paris Lyon et la Gare de Paris Montparnasse.

En 2006, SNCF entreprend la réalisation d’une « Gare laboratoire de l’accessibilité » à la gare de Paris Montparnasse. Cette expérience permet aux personnes handicapées de tester les équipements développés par SNCF en grandeur réelle. 964 personnes handicapées, 600 personnes valides et 140 agents SNCF étaient interrogés à cette occasion par TNS Sofres pour donner leur avis sur les équipements et aménagements de cette gare laboratoire.

Que reste-t-il aujourd’hui des équipements de la Gare laboratoire de 2006 ?

Suite à cette expérience, un « référentiel » de mise en accessibilité des garesa été rédigé, qui définit les aménagements d’accessibilité à réaliser dans les gares. Depuis, l’ensemble des équipements présentés n’ont cessé d’être redessinés, remplacés et améliorés, dans l’objectif constant d’être en adéquation avec les besoins exprimés par les personnes handicapées et à mobilité réduite. Les grandes gares parisiennes rénovées sont l’aboutissement d’années de recherches menées régulièrement en collaboration avec les associations représentatives.

La Gare de Paris Saint-Lazare, dernier modèle de gare équipée

Gare de Paris Saint-Lazare, la salle des pas perdus (avril 2012)

Inaugurée en avril 2012 après plusieurs mois de travaux d’aménagement, la gare de Paris Saint-Lazare présente les derniers équipements développés par SNCF, ce qui en fait l’une des dernières gares les plus abouties du réseau.

L’objectif de cette rénovation était de clarifier et de faciliter l’accessibilité et les cheminements. Un travail a donc été effectué pour améliorer les conditions d’accueil et les services aux voyageurs tout en préservant le patrimoine architectural du bâtiment qui est en partie inscrit à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques.

Le « quai transversal » a été repensé pour améliorer la fluidité : les obstacles tels que les bornes de billets ont été poussés vers les bords pour permettre une circulation fluide. Pour les personnes déficientes visuelles, des bandes podotactiles de guidage contrastées et des balises sonores permettent de s’orienter et de localiser plus facilement les différents espaces de la gare. Pour une approche plus sécurisée de cette dernière, ont été installées, une vitrophanie sur les surfaces vitrées et, dans les escaliers, des mains courantes sur lesquelles ont été positionnées des

informations en braille

ont été dessinés afin d’être utilisables par une personne en position « debout » comme en position « assise » permettant une communication visuelle entre les usagers et les exploitants ainsi que des usages tels que lire, écrire, utiliser un clavier. Ces espaces ont été équipés de boucles magnétiques qui amplifient les sons pour les personnes malentendantes appareillées. Cet équipement est accompagné d’un pictogramme qui permet aux personnes concernées de signaler discrètement leur handicap à l’agent présent en face d’eux.

L’information a également été rendue plus accessible dans la gare : la police « Achemine » est désormais utilisée dans la signalétique pour permettre aux personnes malvoyantes de décerner les lettres plus aisément. La signalétique a été repensée avec notamment des panneaux de tailles plus importantes et des codes couleurs. Les écrans plats sont contrastés, utilisent une taille de caractère agrandie et disposent, pour ceux disposés au niveau des trains, d’une vitre anti-reflet qui facilite la lecture. Sur certains de ces écrans, Jade, un personnage virtuel, traduit les messages en Langue des Signes Française (LSF) pour les personnes sourdes. Les couleurs utilisées correspondent de plus à une information précise pouvant être appréhendée d’un seul regard : le bleu pour les départs, le vert pour les arrivées et le jaune pour les informations conjoncturelles.

Les résultats des travaux de cette gare qui accueille 450 000 voyageurs par jour ont été salués par la Préfecture de Police de Paris.

La Gare de Paris-Lyon et la Gare de Paris Montparnasse

Gare de Paris-Lyon, Hall 2 (février 2012)

Des rénovations en gare de Paris-Lyon et Paris Montparnasse en 2012 ont permis de rendre les gares mieux équipées et plus accessibles aux personnes handicapées et à mobilité réduite. Comme dans la gare Saint-Lazare, les équipements issus des concertations menées avec les associations de personnes handicapées ont été installés afin de permettre une meilleure mobilité de tous au sein de l’espace.

En Gare de Paris-Lyon, les travaux ont duré deux ans et se sont achevés en février 2012. La construction de la Gare de Paris Lyon a débuté au 19e siècle, a continué au 20e et poursuit son évolution aujourd’hui encore avec la mise en place de nouveaux espaces, de nouveaux cheminements et avec la prise en compte de l’accessibilité dans les différentes étapes de rénovation. La gare, faite de nouveaux volumes et de verrières a dû repousser ses murs pour accueillir les 35 millions de voyageurs qui transitent annuellement sur les grandes lignes.

L’espace dégagé par le projet améliore la fluidité dans la gare : les bandes podotactiles de guidage contrastées ainsi que le système de balises permettent de nouvelles mobilités.

Comme dans toutes les grandes gares parisiennes rénovées, le système d’information a été revu et corrigé pour la meilleure compréhension de chacun.

De la même façon la Gare Montparnasse s’est dotée de nombreux équipements indispensables pour l’accessibilité de tous. Bandes de guidage contrastées, flèche sonore, écrans comportant les spécificités requises pour être le plus lisibles possible, espaces agrandis et services d’accueil améliorés font de cette gare un exemple de ce que SNCF a mis en œuvre ces dernières années pour l’accessibilité.

Un exemple de mise en accessibilité à Saint-Lazare

Faisons un zoom sur une partie de la gare Saint-Lazare. Les escaliers sont un obstacle majeur pour les personnes handicapées. Ainsi, plusieurs équipements sont mis en place pour sécuriser et faciliter le déplacement. Des ascenseurs sont mis à disposition, avec des boutons à hauteur d’un fauteuil roulant pour accéder à tous les étages de la gare. Pour le déplacement des personnes déficientes visuelles, les bandes de guidages podotactiles contrastées les guident principalement vers les escaliers fixes. Ce choix résulte d’une préférence des associations de personnes déficientes visuelles pour un équipement davantage fiable. Ces bandes favorisent également l’orientation pour les personnes ayant des difficultés à se repérer dans l’espace.

Gare de Paris Saint-Lazare, l'ascenseur et l'escalier fixe (avril 2012)
Les bandes podotactiles de guidage conduisent aux escaliers signalés et équipés de doubles mains courantes. Un ascenseur placé au même endroit conduit aux étages.

Des bandes d’éveil de vigilance sont placées en haut des escaliers ainsi qu’à chaque palier, elles indiquent aux personnes non-voyantes la proximité d’un risque de chute. Des doubles mains courantes permettent aux personnes de petite taille de descendre les escaliers en toute sécurité. La main courante devient horizontale à l’arrivée sur le palier pour signaler la fin de la volée de marches. Enfin, les nez de marche sont contrastés et munis d’un dispositif antidérapant.

Ici finit ce tour des trois dernières grandes gares parisiennes rénovées, réalisées dans l’esprit de conception universelle afin de favoriser, au-delà de l’accessibilité, l’inclusion de tous. N’hésitez pas à consulter la rubrique Coeur de Métier de notre newsletter. Laurent Colin, architecte spécialisé, y parle de son métier et de la mise en accessibilité des gares.