Imprimer

Sommaire

Retranscription :
Cœur de métier
Laurent Colin

Retranscription de la vidéo Cœur de métier Laurent Colin.

Quel est votre métier ?

Je suis architecte de formation. Aujourd’hui, mon métier est d’accompagner l’ensemble des architectes de Gares & Connexions.

En quoi consiste la mise en accessibilité d’une gare ?

Sur une gare, on a trois espaces qui sont : le parvis d’une gare, le bâtiment voyageur et les quais. Donc l’idée, c’est de voir comment on rentre depuis le parvis d’une gare, quels sont les accès et les possibilités pour entrer dans cette gare. Et ensuite, quand on entre dans la gare, le bâtiment voyageur à proprement parler, il faut pouvoir accéder à toutes les fonctions telles que l’accueil, la vente, les toilettes, et ensuite bien sûr, de pouvoir accéder, toujours en autonomie le plus possible, vers les quais et bien sûr, prendre son train.

Quelles sont les étapes de la mise en accessibilité d’une gare ?

Je dirais que c’est le suivi d’un projet puisqu’on accompagne le projet d’architecture. Donc, on va pas à pas, étape par étape, c’est à dire pour toutes les phases d’un projet : de l’esquisse, aux études et jusqu’à la partie réalisation. On va être présent sur l’ensemble de ces étapes afin de veiller que toute la réglementation, toutes les normes soient bien appliquées. Et surtout aujourd’hui, on essaie d’introduire ce que l’on appelle la conception universelle, c’est à dire faire de l’accessibilité pour tous.

Comment se passe la concertation avec les associations ?

La concertation est un travail que l’on mène maintenant depuis six ou sept ans, que l’on a commencé avec la Délégation à l’Accessibilité des Voyageurs Handicapés à la SNCF On continue maintenant puisqu’on rencontre l’ensemble des associations au niveau national. Lorsqu’on commence à travailler sur la mise en accessibilité d’une gare, tout de suite, je demande à rencontrer l’ensemble des associations locales pour expliquer la politique que l’on mène, l’idée étant d’avoir une politique qui soit la plus cohérente sur l’ensemble du territoire.

Quels sont les enjeux de votre mission ?

Pour moi, le premier enjeu en tant qu’architecte serait d’intégrer l’accessibilité comme un tout dans un bâtiment. Au même titre que peut l’être la sécurité incendie ou le développement durable, et de faire que l’accessibilité soit prise en compte dès le départ d’un projet.

Avez-vous quelques exemples de gares accessibles ?

Les dernières gares accessibles sont les trois grandes gares parisiennes : la gare Saint-Lazare, la gare Montparnasse et la gare de Lyon. Ce sont des gares qui ont été rénovées. Maintenant, on a aussi deux gares nouvelles qui sont les gares du TGV Rhin Rhône : la gare de Belfort et la gare de Besançon. Et plus récemment, nous avons eu également la gare du Val d’Or de Saint-Cloud pour laquelle nous avons reçu le trophée des belles pratiques en accessibilité.