Imprimer

Sommaire

Retranscription : Cœur de métier Laëtitia Monrond

En quoi consiste votre métier ?

Je m’occupe de la Division Politique de Services de Transilien et à l’intérieur de cette division, on s’occupe notamment de l’ensemble des services liés à l’accessibilité pour nos clients handicapés.

Quelle est la particularité de l’Île-de-France en termes d’accessibilité ?

En Île-de-France, il y a plein de particularités sur l’accessibilité.

  • Il y a déjà le fait qu’on est dans une zone où les circulations sont très denses, où on a des trains très fréquemment, des temps d’arrêt en gare très courts... Donc, on ne peut pas, comme avec un TGV, utiliser une plateforme élévatrice motorisée. Donc, on utilise des rampes qui sont simplement des rampes que l’on déplie pour faire une passerelle entre le quai et le train.
  • Et une autre particularité, c’est que pour des raisons de capacité d’emport du matériel roulant, on a du matériel à plancher haut et, très souvent en Île-de-France, des quais bas. Donc cela nécessite énormément de travaux pour remonter les quais et avoir un matériel roulant à la même hauteur que le quai.

Quels sont les services en gares pour faciliter l’accessibilité ?

On a sur l’ensemble de nos gares, une soixantaine de gares dans lesquelles on propose le service Accès Plus Transilien.

Ce service consiste en la réservation, au plus tard la veille avant 20 heures, d’une prestation en gare. On s’assure, grâce à notre centrale de réservation, que l’ensemble des équipements de la gare fonctionne et qu’on aura bien un agent pour s’occuper du client et l’aider à aller jusqu’au train.

Grâce à ce service, ça nous permet tout au long de la chaîne de voyage de savoir qu’on a un client. Et une heure avant le voyage prévu du client, notre centrale de réservation rappelle les gares concernées pour s’assurer qu’on a tout ce qu’il faut pour s’occuper du client.

Ça c’est un des services.

On en a deuxième, qui aujourd’hui est expérimental, que nous avons monté à la demande du STIF. C’est un service de transport routier spécialisé pour nous permettre d’emmener les clients en fauteuil roulant des gares non équipées vers les gares équipées. Et donc on peut ainsi transporter les clients en fauteuil roulant d’un point A à un point B avec un temps de transport un peu plus long, mais avec un avantage par rapport aux autres services qui existent en Île-de-France et qui sont payants, qui est le fait que le titre de transport ne coûte pas plus cher aux clients que s’il avait pu prendre le train.

Quelles sont les améliorations du matériel roulant en Île-de-France ?

Tous les nouveaux matériels roulants d’Île-de-France seront conformes à ce qu’on appelle la STI PMR qui est une norme européenne de mise en accessibilité. Le dernier matériel qui a été mis en service, le Francilien, répond à l’ensemble de ces normes. Et là où aujourd’hui il est mis en service, sous réserve qu’on ait pu rehausser les quais et que les quais soient à la bonne hauteur, car le matériel tout seul ne peux pas tout faire, on arrive à avoir une accessibilité en toute autonomie.

La difficulté en Île-de-France c’est que le matériel on l’a pour 40 ans, que le parc est très hétérogène et que du coup tout le monde voudrait bien avoir un Francilien demain matin.