Imprimer

Sommaire

Éditorial

CAROLE GUÉCHI, DIRECTRICE DE L’ACCESSIBILITÉ

Faut-il être confronté au handicap pour conduire une politique d’accessibilité d’entreprise ? Pouvoir affirmer que je suis personnellement concernée me donnerai-t-il un plus grand pouvoir de conviction au sein de la SNCF ou dans mes échanges avec les associations représentatives des personnes handicapées ou à mobilité réduite ? Il est vrai que lorsque j’ai été nommée à la tête de la Direction de l’Accessibilité, certains m’ont interrogé pour savoir s’il y avait un rapport de cause à effet. Sans quoi, les mêmes se perdaient en conjectures pour imaginer les raisons qui avaient présidé à ce choix.

La réponse est pourtant simple. La mise en accessibilité des gares depuis le parvis jusqu’aux quais, du matériel roulant comme des guichets, des bornes libre-service ou des sites internet, il n’y a pas plus ferroviaire comme sujet. Et transverse qui plus est ! Ingénieurs du matériel ou travaux, chefs de bord, vendeurs ou personnel d’escale… toutes les composantes de l’entreprise sont concernées. Elles le seront encore davantage demain, parce que cela va dans le sens de l’évolution de notre société.

La France compte environ 12 millions de personnes en situation de handicap auxquelles s’ajoutent 9 millions de Français qui souffrent d’une maladie invalidante. Par ailleurs, sur les 65 millions de Français, on compte aussi 2 millions de parents qui chaque année se déplacent avec un enfant en poussette, et également 12 millions de seniors de 65 ans et plus. Faciliter l’accès, simplifier le transport, permettre plus d’autonomie à tous ces voyageurs dans nos gares et dans nos trains, c’est à la fois un enjeu de responsabilité sociale qui fait écho à nos missions de service public, et un enjeu de marché à l’ère des nouvelles mobilités et de la révolution des usages.

Cette mise en perspective, nous essaierons désormais de la faire vivre au travers des sujets que nous présentons sur notre site qui s’enrichit de nouvelles rubriques. Et dans le numéro d’octobre de la Lettre de l’Accessibilité, vous saurez tout sur les travaux d’accessibilité réalisés en gare de Bécon-les-Bruyères ou encore sur le contenu enrichi de la formation « Personne en situation de handicap » dispensée aux agents en contact avec le public. Dans le cadre des nouveaux schémas d’accessibilité national et régionaux, l’objectif ambitieux est d’arriver à former 15 000 agents dans les six ans qui viennent. Se familiariser avec les différents handicaps, répéter les gestes métiers et connaitre la meilleure façon de fournir un service adapté à chaque voyageur. Cela va mieux en l’expliquant. C’est logique, comme moi, tous les collaborateurs de l’entreprise n’ont pas une expérience personnelle du handicap.

Bonne lecture !

Carole Guéchi