Imprimer

Sommaire

Le Schéma Directeur d’Accessibilité Île-de-France approuvé

Le développement de l’accessibilité du réseau de transport aux personnes handicapées et à mobilité réduite est un axe majeur de la politique du STIF.

Déposé par le Syndicat des transports d’Île-de-France (STIF) le 23 septembre 2015, le Schéma Directeur Régional d’Accessibilité – Agenda d’Accessibilité Programmée Île-de-France a été validé le 11 mars 2016 par la Préfecture de Paris.

Le document a pour ambition de décrire la manière dont le service ferroviaire régional va poursuivre sa mise en accessibilité des 209 gares SNCF en Île-de-France jusqu’à 2024, aussi bien pour les aspects matériels des gares et des trains, que pour la composante formation des personnels, information et services du voyage.

Afin de répondre aux besoins spécifiques des personnes en situation de handicap, l’information voyageurs est mise à jour pour les lignes et points d’arrêt rendus accessibles. Il s’agit d’informer sur le niveau d’accessibilité de la ligne ou de la gare et notamment sur :

  • la signalétique directionnelle,
  • la présence de guichets surbaissés,
  • la diffusion sonore adaptée,
  • la mise en place de bandes de guidages,
  • le déploiement d’annonces visuelles sur les quais indiquant l’état du trafic et renseignant les voyageurs en cas de situation perturbée.

La formation des agents en charge des personnes en situation de handicap est une priorité. 650 agents devront être formés par an jusqu’à 2017. Cela représente au total 1 300 agents.

Un volet routier décrit également les objectifs de mise en accessibilité des lignes de bus Noctilien SNCF en Île-de-France.

Un suivi annuel sera réalisée jusqu’à la fin des travaux. Ces bilans indiqueront les avancées de cet Ad’AP afin de prendre en compte les modifications intervenues dans les périmètres des services de transport : programme, budget, planning.

Au total, 1 577 000 000 d’euros, financés par le STIF (789 M€), la Région (394 millions d’euros), SNCF Réseau (319 millions d’euros) et SNCF Mobilités (75 millions d’euros), seront nécessaires à la réalisation de ces études et travaux de mise en accessibilité.