Imprimer

Sommaire

En test : l’accessibilité des nouveaux abris de quai

Le groupe SNCF innove en permanence pour améliorer le transport et l’accueil de ses voyageurs. 10 millions de voyageurs se croisent chaque jour dans les 3000 gares de France. Certaines de ces gares ne constituent qu’un point d’arrêt et sont sans personnel permanent. Elles sont appelées « haltes » et, pour assurer le confort et les besoins d’information de chacun, nécessitent de trouver de nouvelles solutions d’accueil.

C’est le point de départ de la réflexion autour de nouveaux abris de quais, et la raison pour laquelle des prototypes d’abris voyageurs voient le jour dans plusieurs de nos régions. Pour recueillir un maximum de retours d’expérience des usagers, ces abris sont installés en test en gares, pour s’assurer qu’ils répondent aux problématiques de nos voyageurs.

Chaque projet présente une vision de l’accueil des voyageurs mais tous sont liés par un même objectif, offrir un espace d’attente et d’information fonctionnel. Il est alors essentiel de s’assurer que tous ces concepts sont accessibles.

C’est dans cette optique que la Direction de l’Accessibilité est régulièrement sollicitée pour tester ces nouveaux matériels. Accompagnés par les représentants d’Associations nationales de personnes handicapées ou à mobilité réduite, nos experts accessibilité s’assurent qu’aucun détail n’est oublié, pour le confort de tous les voyageurs.

C’est cette démarche volontariste qui nous a conduits jusqu’en gare de Landivisiau, petite commune du Finistère, les 13 & 14 septembre 2017. Une vingtaine de personnes, représentants d’associations, du Conseil Régional de Bretagne et du Groupe SNCF se sont ainsi retrouvés sur les quais de la gare, dans cette douceur si caractéristique du septembre breton, pour tester un nouveau concept d’abri.

Un abri mis au point par une équipe pluridisciplinaire, de l’architecte au sociologue, qui après avoir passé des mois à recueillir les avis des voyageurs a mis au point un abri pensé pour pallier la destruction du bâtiment voyageur au printemps 2018.

Cet abri a alors pu passer son examen d’accessibilité. Est-il suffisamment contrasté avec son environnement ? Les vitres sont-elles équipées de vitrophanies ? Les équipements (borne d’appel vidéo et d’information, prises USB alimentées par des cellules photovoltaïques) sont-ils pensés pour tous les usagers ?

Des pistes d’amélioration ont été relevées, mais c’est pour cette raison qu’il est important d’intervenir aux prémices du projet, pour en corriger les défauts au plus tôt. Une autre rencontre a été organisée avec les usagers pour partager les résultats de l’expérimentation. L’abri définitif devrait voir le jour début 2019.

D’autres abris ont été testés en 2017, un prototype axé sur l’information du voyageur et l’attente dans des gares équipées de personnel à Bercy, un abri autosuffisant en énergie grâce à des cellules photovoltaïques sur le toit en gare de Lens. De nouvelles pistes sont sans cesse explorées pour améliorer l’accueil et la prise en charge du voyageur dans nos points d’arrêt.