Imprimer

Sommaire

La gare de Saint-Denis-L’Île-Saint-Denis débute sa mue

La gare de Saint-Denis-L’Île-Saint-Denis (RER D et ligne H) s’est engagée depuis le début de l’année dans des travaux spectaculaires qui vont durer 4 ans. Avec +40% de voyageurs attendus à horizon 2030 et l’échéance des Jeux olympiques et paralympiques de 2024, ces travaux signent le top départ d’une profonde transformation de l’axe Nord du réseau ferroviaire.

Plus qu’une refonte, une nouvelle gare

Il sera très difficile de reconnaître l’actuelle gare dans la future gare de Saint-Denis-L’Île-Saint-Denis, dont les travaux ont débuté en janvier 2019. Les images du projet donnent une idée du changement à venir : un parvis en pente douce, des circulations facilitées par de nombreux nouveaux équipements (ascenseurs, souterrain, rampe, etc.), deux nouveaux bâtiments voyageurs…

Un changement d’ambiance et de confort qui donne envie de se propulser dans quatre ans. Plus qu’un aménagement, c’est une nouvelle gare qui va s’ancrer dès 2022 dans ce quartier en mutation.

Deux objectifs : mettre en accessibilité et désaturer la gare.

Ces travaux s’inscrivent dans le programme sans précédent financé par Île-de-France Mobilités, la Région Île-de-France et le groupe SNCF qui permettra de rendre 268 gares franciliennes (dont 209 gares SNCF) accessibles à tous d’ici 2024. La gare de Saint-Denis est prioritaire : fréquentée par plus de 90 000 voyageurs par jour (RER D et ligne H), elle est l’une des cinq plus importantes gares d’Île-de-France.
« La gare était 100% éligible à un projet d’accessibilité : elle remplissait tous les critères. Ce qui est notable, c’est que nous avons voulu aller au-delà de nos obligations légales et faire un travail de fond pour la désaturer », explique Erwann Simon, directeur de l’agence projets gare et accessibilité, qui mène à bien tous les projets d’accessibilité en Île-de-France.

La prise en compte de tous les handicaps

Les travaux d’accessibilité faciliteront l’accès de toutes les personnes en situation de handicap.
Le projet prévoit notamment :

  • le rehaussement de 4 quais
  • deux nouveaux bâtiments voyageurs accessibles aux PMR
  • un nouvel accès à l’ouest (rue Coignet)
  • la création et l’allongement d’abris sur les quais et de nouvelles assises
  • l’installation de balises sonores
  • la mise en conformité de l’éclairage et de la signalétique
  • des bandes de guidage et des bandes d’éveil à la vigilance
  • cinq ascenseurs et une rampe d’accès
  • deux escaliers mécaniques
  • la création de WC adaptés

Les PMR pourront ainsi accéder en totale autonomie jusqu’au train.

Un nouveau souterrain de 10 mètres de large

20 à 30 % des voyageurs empruntent la gare pour des raisons de correspondance entre la ligne H et le RER D. La gare est à l’heure actuelle très fréquentée, ce qui allait devenir ingérable avec l’augmentation du trafic prévu dans les années à venir. L’agence projets gare et accessibilité a donc programmé la construction d’un souterrain de 10 mètres de large. « C’est le plus large souterrain que l’agence ait jamais construit », note Jimmy Thibault, pilote de l’opération. Et d’ajouter « Au-delà de la mise en accessibilité, cela va faciliter la vie de tous les voyageurs. C’est un endroit où l’on voit au quotidien beaucoup d’usagers avec des difficultés de déplacement (des poussettes, des bagages, des sacs volumineux, ….). Ces travaux seront véritablement utiles pour la population. C’est un facteur de motivation ! ».

Un impact limité sur les circulations

Les travaux dureront 52 mois, soit un peu plus de quatre ans. Ils ont commencé au début de l’année. Les travaux se poursuivront pendant encore un an pour rénover notamment le parvis de la gare.

Pour maintenir au maximum la circulation des trains, ils se produiront essentiellement de nuit, à l’aide d’engins de chantier qui limitent les nuisances sonores. « C’est une contrainte importante pour les équipes. Elles n’ont chaque nuit, au mieux, que 4 heures pour travailler, car elles doivent rendre la voie et les quais pour les circulations du lendemain », note Jimmy Thibault.

La construction du souterrain dans une gare qui reste en exploitation relève notamment de la prouesse technique : les voies vont être consolidées par des tabliers provisoires, pour que l’ouvrage (deux blocs de 35 mètres de long) soit glissé sous les voies ferrées.

Les circulations seront malgré tout ralenties durant environ 45 week-ends. Certains week-ends nécessiteront des interruptions de circulation pour la ligne H. Dans ce cas, un service de bus de substitution et une communication en amont seront mis en place.