Imprimer

Sommaire

Éditorial

Schémas d’accessibilité : SNCF tient ses engagements

Quel est le point commun entre les gares de Saint-Nazaire, Rennes, Chambéry, Annemasse, Juvisy-sur-Orge ? A l’issue d’une ou plusieurs années de travaux chacune, elles viennent toutes d’être mise en accessibilité permettant ainsi aux personnes en situation de handicap ou à mobilité réduite de les emprunter en toute autonomie. Quais réhaussés pour faciliter l’accès au train, ascenseurs et passerelle pour passer d’un quai à l’autre et éviter les escaliers, porte d’accès automatique à la gare, guichets surbaissés, renforcement de l’éclairage, de la sonorisation et de la qualité des écrans, bandes de guidage et d’éveil à la vigilance pour faciliter les circulations des voyageurs aveugles ou malvoyants… Inscrites dans les schémas d’accessibilité (SDA-Ad’AP) du transport ferroviaire, ces cinq gares ont bénéficié d’investissements importants de la part de l’Etat et des collectivités pour assurer leur mise en conformité, d’où un dernier trimestre 2019 marqué par des inaugurations en série aux quatre coins de l’hexagone.

En Île-de-France, les 70 000 clients par jour de la gare de Juvisy-sur-Orge (91) ont dû s’accommoder de quatre ans de travaux avant de découvrir le nouveau visage de la septième gare de France. Inaugurée le 26 novembre dernier par Jean-Pierre Farandou, nouveau président du Groupe SNCF, Juvisy est devenu un grand pôle d’échange multimodal au croisement des RER C et D, desservi par 1 000 trains par jour, un tramway (T7) et 1 300 bus de 28 lignes différentes ! Et c’est précisément cette croissance des flux et du trafic qui nécessitait un redimensionnement et une meilleure accessibilité de la gare moyennant un investissement de 97 millions d’euros. Cerise sur le gâteau, pour un plus grand confort d’usage, Juvisy est la première gare à être dotée d’une nouvelle signalétique basée sur de grandes flèches directionnelles peintes à même les escaliers et à utiliser des couleurs différentes pour les trois accès à la gare afin de faciliter l’orientation.

En Auvergne-Rhône-Alpes, après l’inauguration de la gare de Chambéry le 8 novembre, c’était au tour de celle d’Annemasse le 15 novembre. Cette dernière est un point d’arrêt clé sur le tracé du premier réseau transfrontalier d’Europe, le Léman Express qui relie Genève à la Haute-Savoie. Outre la métamorphose des infrastructures et équipements ferroviaires adaptés aux circulations des trains Suisse comme français, le nouveau pôle d’échange multimodal a nécessité la refonte intégrale de la gare occupant désormais un périmètre de 2 770 m2 et la construction d’un nouveau bâtiment voyageur qui, avec 970 m2 rassemble l’ensemble des services dans un environnement conçu pour être accessible à tous les PMR.

Ces deux exemples illustrent à merveille, le travail accompli par les équipes de la SNCF pour, à la fois, moderniser le réseau et la qualité de son accessibilité. Le bilan intermédiaire du schéma national d’accessibilité des services ferroviaires nationaux (2015-2025) que la SNCF vient de rendre à l’Etat ne dit pas autre chose. Sur la période 2015-2018, 90% des engagements pris en matière de travaux de mise en accessibilité des gares nationales ont été tenus. A l’image de Juvisy ou d’Annemasse, en trois ans, pas moins de 51 points d’arrêt sur les 160 plus grandes gares de France sont désormais aux normes et facilitent les déplacements de tous les voyageurs, y compris les plus fragiles.

Parce que le transport public est un mode de transport d’avenir, le plus sûr, le moins consommateur d’énergie et le moins onéreux au bénéfice de tous les Français, le Groupe SNCF évolue afin de faire face aux enjeux économiques, sociétaux et environnementaux. Depuis le 1er janvier 2020, il s’est transformé en une société anonyme à capitaux 100% publics, dirigée par Jean-Pierre Farandou. Sous sa présidence, les différentes branches de l’ancien groupe sont réorganisées en quatre autres sociétés anonymes, chacune avec un nouveau dirigeant à sa tête. Ainsi, Luc Lallemand présidera à compter du 1er mars prochain SNCF Réseau et aura pour mission de développer le système ferroviaire français dans une perspective d’ouverture à la concurrence du réseau. Marlène Dolveck va prendre la direction de Gares& Connexions, filiale de SNCF Réseau. Christophe Fanichet est le nouveau président directeur général de SNCF Voyageurs qui regroupe l’ensemble des transporteurs ferroviaires « historiques » (Transilien, TER, Intercites et TGV). Enfin, Patrick Jeantet prend en main la destinée de l’opérateur de transport public Keolis.

Dans cette réorganisation du paysage ferroviaire français, les engagements du groupe SNCF pour faciliter la mobilité de tous restent inchangés. D’ici 2024, la France comptera 730 gares accessibles.


Carole Guéchi

Directrice de l’Accessibilité du Groupe SNCF